I bike for bike - haiti - communautaire - blogue cyclotourisme - blog cyclotourisme

I bike for bikes

Gonzague, c’est mon prénom. Drôle de prénom. On dit que le prénom influence notre vie. Je veux bien y croire parfois, même si je ne voudrais pas faire porter à mon nom toutes les erreurs, mes bonheurs et autres tergiversations, tout comme ma décision de me lancer dans cette nouvelle aventure I Bike for Bikes. 

Mon voyage à vélo à travers l’Amérique Latine

En Gaspésie ©I Bike for Bikes
En Gaspésie ©I Bike for Bikes

Dans quelques jours, je serai à Bogota, mon vélo sous le bras, enfin sous mes fesses. De là, je vais traverser la Colombie, l’Équateur, le Pérou et la Bolivie. 6000 km. J’ai tellement hâte. J’ai hâte de me retrouver sur mon vélo, dans les Andes, sous le soleil, regardant le sommet de cette côte qui n’en finit plus. Cela peut paraitre un peu maso, mais les cyclonomades me comprendront. J’y vais d’abord et avant tout pour le plaisir. Celui de me retrouver loin, dans l’inconnu, entre route et chemin, goudron et boue, béton et végétation, montée et descente, Into the Wild, appelé par les grands espaces.

Un message auprès des écoles

Ce plaisir, je veux aussi le transmettre, le faire comprendre. C’est pour cela qu’en tant qu’enseignant en classes primaires, j’en ai parlé à ma directrice d’école, en lui proposant que mes élèves me suivent dans ce périple. Ayant terminé mon contrat, je peux me mettre cette folie. Il suffirait donc de consulter en classe ou à la maison les positions de géolocalisation que je mettrai en ligne régulièrement. Elle a été emballée ! C’est formidable d’être encouragé ainsi, dans une initiative qui était si timide de ma part, au moins au début. Ça donne des ailes ! Les élèves de ma classe avec leur enseignante, et tous les autres de l’école qui le souhaite, allaient donc voir, au moins une fois par semaine, les mises à jour que je pourrai faire pendant mon aventure.

Gonzague et ses élèves - © I Bike for Bikes
Gonzague et ses élèves – © I Bike for Bikes

I Bike for Bikes : une aventure humanitaire

Un peu plus tard, j’ai aussi pensé qu’un projet pouvait être élaboré autour de mon initiative. En lisant des blogues de cyclistes – certains relataient des aventures hallucinantes – j’ai découvert un organisme qui pouvait m’aider à concrétiser une action humanitaire. Cyclonordsud envoie des vélos usagés dans les pays du sud. C’est aussi simple que ça, mais tellement utile pour ceux qui les reçoivent : aller à l’école, transporter du matériel ou des personnes, aider les femmes dans leurs nombreuses tâches. C’était décidé, j’allais organiser en plus de mon voyage, une levée de fond pour les aider à envoyer 100 vélos pour Haïti.

Cyclo Nord Sud ©Cyclo Nord Sud
©Cyclo Nord Sud

C’est formidable : je ne suis pas encore parti, et c’est déjà toute une histoire !

Mes contacts

Pour en savoir plus un site web !

Et vous pouvez me suivre sur ma page Facebook et participer à la levée de fond avec ce lien

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *