tour de l'Hérault - hérault à vélo - camping sauvage - préparer son voyage à vélo

10 conseils clés pour bien préparer un voyage à vélo

Que vous soyez initié ou débutant dans le cyclotourisme, si vous êtes ici c’est que vous cherchez quelques bons conseils pour préparer un voyage à vélo qui doit vous trotter dans la tête depuis un moment. À travers cet article je ne souhaite pas faire de vous des pros du voyage à vélo, mais simplement vous transmettre 10 bons conseils qui rendent un voyage plus serein. Pour le reste… Ça s’apprend sur la route !

1. Choisir son itinéraire en connaissance de cause

Un projet de voyage commence par un itinéraire. À la fois la base d’un voyage et la colonne vertébrale, il ne faut pas choisir son itinéraire à la légère. Avez-vous pensé à regarder les tendances météo, l’état des routes, le dénivelé? Autant de conditions totalement indépendantes de vous, mais que vous pouvez anticiper.

Pour cela, lisez des commentaires sur Internet, consulter des forums et tout autre sites d’informations sur le voyage à vélo. N’hésitez pas non plus à aller directement demander des conseils à des voyageurs à vélo qui ont fait des parcours similaires au votre. Promis, ça fait plaisir de pouvoir donner un petit coup de pouce aux cyclonomades plein de questions ! Ces échanges d’expérience et ces ressources vous permettront de mieux évaluer si ce voyage est fait pour vous.

Gardez en tête qu’un itinéraire de voyage à vélo se prévoit surtout dans les grandes lignes. Ensuite il y a un genre d’adaptation au quotidien selon ce que vous allez apprendre en route !

2. Partir bien équipé

Pour un voyage de quelques jours, avoir des problèmes de matériel peut simplement s’avérer une histoire comique à raconter. Cependant impossible d’imaginer se retrouver en plein désert avec un cadre cassé en deux parce que le vélo n’était pas assez solide. Ou encore d’avoir tout son matériel principal qui lâche dès la première semaine du voyage…

Veillez donc à acquérir du matériel léger, solide et compact. Le trio d’argument de vente, mais aussi celui qui peut faire la différence entre un voyage à vélo cauchemardesque ou idyllique.

Pour vous équiper, informez-vous auprès de magasin de plein air professionnel (Décathlon ne suffit pas vraiment). Parmi mes préférés il y a Le Vieux Campeur en France, ou MEC au Canada. Informez-vous aussi sur des forums ou groupes de voyageurs à vélo afin de trouver du matériel d’occasion.

Certes, bien s’équiper coûte parfois cher, mais évaluer aussi ces achats différemment : un achat bien fait sera un achat à vie ! C’est le cas pour le vélo, les sacoches et la tente au minimum. Le matelas de sol, le sac de couchage et les vêtements vont forcément s’abimer dans le voyage.

3. Se forcer à voyager léger

Passer d’une maison à quatre sacoches n’est pas évident. D’autant plus quand c’est pour un premier voyage à vélo et que l’on a tendance à prévoir un peu trop d’imprévus…  Cependant si le poids des bagages n’est pas sur votre dos, il vous tire par l’arrière en montée. Et je ne sais pas vous, mais je n’aime pas que l’on me mette les bâtons dans les roues quand je grimpe à vélo.

Imposez-vous alors un poids maximal de 20 kilos de bagages – sacoches inclues (et encore c’est beaucoup). Et au moment de remplir vos sacoches, éliminez le surpoids en ôtant le matériel qui semble moins important.
Et en voyage, si vous identifiez trop de poids inutile, pensez à le donner à des associations de bienfaisance, vos hébergeurs, ou à vous envoyer un colis un peu plus loin ou là où il pourra être stocké.

En cas de doutes, une fois encore, reportez-vous aux conseils de voyageurs plus expérimentés selon la destination où vous allez.
En tout cas, je peux vous dire d’expérience que je pars aujourd’hui beaucoup plus légère qu’à mes début de voyage à vélo. Cependant il me manque toujours des petites choses, et j’en ai d’autres que je n’utilise pas du voyage… Eh, y’a pas de formule parfaite !

4. Tester le vélo

Beaucoup de voyageurs ne souhaitent pas abîmer leur vélo neuf avant de partir en voyage. Et j’ai moi-même failli compter parmi eux. Cependant il n’y a pas pire erreur que celle-ci. Ne partez jamais en voyage à vélo sans avoir tester votre monture : positionnement, confort de la selle et identifier de potentiels défauts de fabrication.

5. Préparer des étapes à sa hauteur

Après avoir choisi votre itinéraire il faut choisir un rythme moyen qui va vous permettre d’évaluer à peu près le temps qu’il va vous falloir pour réaliser votre voyage à vélo.

Si vous avez feuilleté un peu ce blog, vous saurez que je pars toujours sur une base de 80km / jour. Cela est faisable car, sur des voyages de très longue distance (4000 km minimum), j’acquiers en force tout comme je cumule aussi trop de journées de repos.

Mais ça c’est ma moyenne, et elle ne convient pas à tout le monde. Si vous avez évalué un itinéraire selon un rythme qui ne vous convient pas, prenez la peine de le réviser. C’est dommage de gâcher un voyage uniquement sous prétexte que l’on n’est trop fatigué chaque soir et que l’on ne peut pas prendre son temps parce qu’on va moins vite que prévu.

Pensez aussi à adapter l’itinéraire à votre rythme, et non pas votre rythme à l’itinéraire !

6. Connaitre les applications indispensables

La révolution numérique a rendu le voyageur trop autonome. Cependant il y a quelques indispensables qui ne valent pas la peine de s’en passer : Maps.me, Warmshowers, Google.maps, Ride with GPS, Whatsapp, …

Et sûrement d’autres encore…

7. Maitrisez quelques bases de la mécanique vélo

Pas besoin d’être un pro de la mécanique pour partir en voyage à vélo. Même sur des voyages de longue distance, on peut avoir de la chance et ne pas subir un seul soucis de mécanique.

Cependant il est plus sécuritaire de savoir au minimum réparer une crevaison – et avoir les outils pour le faire. Un multi-outils fait parti des indispensables de la mécanique, et pour les connaisseurs, il suffit pour réaliser tous les réglages mineurs, mais rapidement ennuyeux.

8. Prévoir un échéancier aussi avec des jours de repos

Qui dit cyclotourisme, parle avant tout de jour de vélo. Cependant n’oubliez pas aussi de prévoir des jours de repos dans votre échéancier prévisionnel. Moi je compte toujours 1 jours de repos en moyenne par semaine. Cependant j’en utilise généralement plus car que j’aime rester plusieurs jours à visiter les grandes villes.

Ces jours de repos prévus sont aussi des jours de surplus qui vont vous permettre de ne pas être stressé par le temps en cas de jour de repos forcé : maladie, problème mécanique, etc.

9. Laissez la place à l’imprévu

Vous l’aurez remarqué, depuis le début de cet article j’ai beaucoup parlé d’imprévu. Pourquoi ? Parce que l’imprévu est l’essence même du voyage, en opposition à la routine. Un imprévu peut être une belle rencontre, un paysage surprenant, une contrainte, un mauvais moment à passer, … Dans tous les cas vous en rencontrerez tous les jours, et il faut apprendre à être ouvert au changement.

Et si c’est quelque chose que vous ne savez pas faire, ce sera de toute façon quelque chose que vous allez apprendre sur la route !

10. Profitez du vélo pour aller vers les autres

Cet outil de transport sans bruit et totalement ouvert sur l’extérieur est idéal pour rencontrer du monde. Tout d’abord parce qu’un voyageur à vélo est sujet de curiosité, et qu’en plus il est abordable.

Profitez de ce bel atout pour rencontrer du monde !

Et surtout profitez bien de votre voyage !