argentine à vélo - Chili à vélo - cyclotourisme patagonie

La Patagonie à vélo – Vivez l’expérience !

Pas toujours connue, la Patagonie est cette petite terre australe au sud de l’Argentine et du Chili. Un petit bout de terre pelée, à quelques kilomètres de l’Antarctique. Je suis sûre que tu connais! Et si je te parle d’Ushuaïa? Voilà un mot que tu connais. Et bien, Ushuaïa, c’est la ville située tout au sud du continent. Au bout du monde. Tu vois que tu connaissais finalement… La Patagonie c’est des terres sauvages, glacées, battues par les vents. C’est la nature sauvage avec ses parcs et ses glaciers. C’est le sud. Le sud austral. Le sud à la limite de l’extrême. Le sud lointain qui nous emporte avec lui et nous marque de souvenirs inoubliables.

Pour d’autres, la Patagonie est avant-tout un mythe de voyage et d’aventure. Et notamment pour les voyageurs a vélo avertis, car on fini tous par entendre parler de la fameuse Carretera Australe – le paradis des cyclistes il parait.

Expérience en Patagonie à vélo et en solitaire

Grâce à un climat rude, les terres australes ont gardé une identité à la fois sauvage et authentique. Pour les cyclistes la Carretera Austral est un mythe, et la cordillère scintille tel un paradis pour tous ceux qui aiment relever des défis.

Là-bas, on peut être à la fois seul et mieux entouré que jamais. Les cyclistes sont toujours présents, les locaux sont accueillants, et face à l’adversité des vents et du froid la solidarité est toujours au rendez-vous.

J’ai aimé faire mon premier voyage en solitaire là-bas car j’avais le choix d’être seule et entourée. Je ne me suis jamais trouvé en grande difficulté car il y avait toujours quelqu’un quelque part qui m’a accueilli, pris en stop, proposé un endroit à l’abri du vent pour manger, ou tout simplement qui s’est arrêté pour me proposer de l’eau ou m’encourager…

Avant de partir – Bons plans – Carnets de route

argentine à vélo - Chili à vélo - cyclotourisme patagonie

— Avant de partir —

Visa – Pour l’Argentine comme pour le Chili, les européens bénéficient d’un visa touristique de 3 mois distribué à la frontière. Si vous souhaitez rester plus longtemps dans l’un des pays, vous pouvez faire le tour du poteau (c’est-à-dire passer la frontière et revenir dans le pays afin de valider un second visa touristique).

Passer les frontières – Si entrer en Argentine par la route est assez facile, soyez bien plus vigilants pour entrer au Chili. Il est formellement interdit d’introduire tout produit animal ou végétal (fruits et légumes, cuir, bois, etc.). Renseignez-vous bien avant de passer la frontière et faites un tour complet de vos bagages. Aux douanes il vaut mieux exprimer un doute sur un produit (je demandais pour le lait en poudre à chaque passage) que d’annoncer avec certitude que vous n’avez rien. Comme ça, vous êtes protégé en cas de pépin.

Argent – La traversée de la Patagonie à vélo implique de nombreux passages de frontière entre le Chili et l’Argentine. Avant votre départ prévoyez un peu d’argent dans les 2 devises, car il n’est pas toujours évident de trouver des distributeurs d’argent dans les zones reculées tandis que vous trouverez de petites structures pour acheter de la nourriture ou dormir dans un hôtel.

Prévoyez aussi votre application pour convertir les devises ! Pour l’argentine c’est facile 1€ = 10$AR à peu près, mais 1€=658 CLP

Climat – Quand on voyage en Patagonie à vélo, le climat très difficile. Côté Argentine le vent souffle très fort en direction Sud-Est. L’idéal est donc d’aller vers le sud pour l’avoir légèrement de dos. Côté Chili, c’est d’avantage la pluie qui est au rendez-vous. Et même en été (mois de décembre) les températures maximales restent autour de 15°C. Quant aux nuits, elles restent froides. Il faut donc prévoir l’équipement en conséquences : habits chaud, coupe-vent et imperméables, duvet grand froid, etc. Mais au-delà de l’équipement c’est aussi le moral qui se doit d’être optimal.

Début janvier je tremblais de froid dans ma tente avec 1 duvet -15°C, une couverture, et une grande partie de mes habits sur le dos. – Laura Pedebas

La Patagonie se situe aussi sous le trou d’ozone. Le soleil est très fort dans cette région du globe. Peut-importe la couleur de votre peau et sa résistance au soleil, en Terre de Feu, il vaut mieux avoir une bonne crème solaire.

La meilleure période pour être à Ushuaia sont les mois de décembre et janvier pour profiter de belles journées.

argentine à vélo - Chili à vélo - cyclotourisme patagonie - el chalten


— Bons plans Patagonie à vélo —

Nourriture –  Chaque pays a ses spécificités culinaires qu’il fait bon avoir dans son sac en tant que cycliste. Mon astuce culinaire pour la Patagonie à vélo aura été la polenta. Rapide à cuire, facile à faire, et a assaisonner à toutes les sauces ; j’en aurai beaucoup mangé.

Pour la cuisine de rue, je me lâchais sur les empenadas. Ce sont des chaussons farcis délicieux, principalement à la viande, mais on peut aussi en trouver aux légumes ou au fromage pour les végétariens. Ils ne sont pas chers et tiennent bien au ventre.

Solidarité –  Il y a beaucoup de cyclotouristes. En Patagonie les informations et bons plans fusent et s’attrapent au bouche à oreille. En partant d’Ushuaïa c’est facile d’obtenir des infos car il n’y a qu’une seule route. Alors dans l’autre sens n’hésitez pas à partir à la pêche aux infos, vous arrêter pour discuter avec les cyclistes que vous croiserez, etc.

Bons plans et sites à voir –

  • Les sources d’eau chaudes : Je n’ai pas eu le temps de parcourir la régions des lacs, mais de nombreuses sources chaudes s’y cachent. Il faut prendre le temps de les découvrir.
  • Ile de Chiloé :  L’île est charmante, nature et pittoresque. Elle est connue pour ses palafitos (maisons colorées sur pilotis) et ses églises de bois sont classées au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Au nord, près d’Ancud, il y a une réserve pour aller à la rencontre des manchots à Puñihuil. profitez aussi de vous promenez tranquillement à travers des rues pour admirer les ambiances des villes et les grafs très présents.
  • Ferry de Chaitén :  La ville de Chaitén vous permets de rallier l’île de Chiloé via un ferry. La ville est partiellement abandonnée car le volcan qui l’a domine s’est activé à plusieurs reprises. Dans cette ville vous trouverez un parc gratuit avec tables et bancs, pommiers et framboisiers, et vous pourrez y planter gratuitement votre tente (depuis le centre-ville aller vers le quai d’où part le ferry, continuez, et le parc se trouve sur la gauche.). Cet endroit est un point de repère pour les cyclistes. Vous y rencontrerez sûrement des voyageurs.
  • Parque Pumalin : Le parc Pumalin est décrit comme l’un des plus beaux endroit de la Patagonie par les voyageurs amoureux de grands espaces que j’ai pu rencontrer.
  • La Carretera Australe : De Puerto Montt à Villa O’Higgins. Elle sera bientôt complétement bitumée!!! (J’ai rencontré l’ingénieur des routes en 2014 qui m’annonçait la fin des travaux de bitumage d’ici 2 à 3 ans!!!)
  • El Chaltèn : Coin du monde magnifique, notamment pour l’escalade et la randonnée. Prenez le temps de vous y promener. Pour loger avec convivialité, Florencia Lopez (sur warmshower) accueille tout le monde mais ne prendra pas le temps de vous répondre. Il faut aller directement chez elle.
  • Parque Los Glaciares 
  • Glacier Perito Moreno : Impossible, sauf pour quelques heureux peut-être, de dormir au sein du parc en camping. Depuis El Calafate je suis partie à vélo au glacier et j’ai dormi juste devant la porte du parc. C’est sécuritaire et ça permet de profiter pleinement du parc le lendemain.
  • El Calafate : La ville est assez touristique, les logements sont donc assez chers. En période d’affluence (l’été austral) il vaut mieux réserver son logement à l’avance. Je vais fouiller dans mes carnets, mais il existe un petit camping pas cher qu’un particulier a mis en place dans son jardin.
  • Porvenir : Une réserve de manchots, l’une des plus grandes de Patagonie, se trouve aux alentours de Porvenir.
  • El parque Pinguino Rey : Pour voir les manchots empereurs vous pouvez faire un détour au parc Pinguïno Rey, sur la Y-85. Malheureusement le vent et les graviers rendent l’accès difficile, mais c’est un beau détour. Des cyclotouristes ont même pu camper dans le parc, face aux manchots.
  • Frontière route 1 : Au dernier passage de frontière pour rentrer en Argentine, une maison abandonnée reste debout côté Chilien. Tous les cyclistes de passage en profiter pour camper à l’intérieur, à l’abris du vent.
  • Tolhuin : La boulangerie accueille tous les cyclistes de passages. Non seulement ils offrent un lieu au sec, un lit et une douche, mais ils vous accueille aussi souvent avec quelques pâtisseries à manger.
  • Ushuaïa : Sans hésitation je recommande le camping d’Ushuaïa car l’ambiance est géniale, et beaucoup de cyclo-voyageurs s’y retrouve. Les prix est très raisonnable en comparaison parfois avec les autres logements. Le seul hic reste le froid…
  • Tour en Antarctique : Ushuaïa est la ville la plus proche du continent Antarctique. Une grande partie du commerce touristique se retrouve justement dans les séjours en bateau pour aller voir les richesses du continents blancs. En vous y prenant à l’avance, ou en récupérant les places de dernière minute, vous pouvez obtenir des prix raisonnables. Quoi qu’il en soit je vous encourage à y aller car le voyage doit être exceptionnel.

argentine à vélo - Chili à vélo - cyclotourisme patagonie - pingouins - manchots empereur

— Carnets de route en Patagonie —

Mon expérience à moi
La revanche des cigales

Et toi ? Quelle est ton expérience en Patagonie à vélo ? Ou si tu comptes y aller bientôt, quelles sont les  questions qui te freinent encore ?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *