argentine à vélo - Chili à vélo - cyclotourisme patagonie

Le vélo est-il une affaire de richesse ?

Certains pensent le vélo comme une affaire de richesses, d’autres le voient comme un symbole de pauvreté. Ces deux points de vue sont à la fois justes et totalement faux.

C’est en fait la machine à propulsion humaine la plus efficace (sur terre ferme) grâce à sa performance, sa simplicité et sa polyvalence.

Pourquoi le vélo est-il si efficace ?

Grâce à son principe de roues et de transmission, le vélo permet à un humain de multiplier sa zone de mobilité par 121 par rapport à la marche ; et cela en toute autonomie. Pas besoin de faire le plein d’essence, pas besoin de payer de contrôle technique et autres frais absurdes. Facile d’utilisation le vélo est ainsi un engin qui est physiquement accessible à tous (ou presque). Pas besoin de compétences particulières ni d’être un athlète pour pouvoir pédaler. Et pour ceux qui ne trouve pas le vélo droit classique adapté à leurs besoins/morphologie/envie/pratique ; sachez que le vélo est l’un des moyen de transport des plus polyvalents. Ville, rando, VTT, cargo, remorque, … Vous en trouverez (fabriquerez?) toujours un à votre image.

Et c’est cette polyvalence qui nous amène à le stigmatiser selon les catégories socio-professionnelles. Et donc selon les revenus.

Et alors, une affaire de richesse ?

Les bobo en font parce que c’est écolo. Les riches peuvent se permettre de partir en voyage. Les revenus modestes l’utilisent pour éviter des frais de transports… il y a une part de vérité ; mais c’est surtout une vision simpliste.

Le vélo c’est avant-tout une réponse multiple aux différents besoins de notre société en mutation.

Et donc, tout comme ces multiples réponses et besoins, le vélo s’adapte et s’adapte aussi à votre porte-feuille. Idem pour l’univers du voyage à vélo. Il suffit de remettre les choses en perspectives et de faire le point sur ses priorités.

Certaines personnes achètent des vélos de voyage dernier cri à 3 000€ ou plus. Cependant il des vélos moins chers, ou la possibilité de montrer son vélo au sein d’un atelier solidaire. Et hop, un tour du monde sur une monture à 300€.

Pour les sacoches c’est pareil. Il y a le nec plus ultra avec les sacoches Ortlieb ou Vaude. Des alternatives à la Décathlon. Et puis la possibilité de les fabriquer soi-même ou tout simplement de fixer des bidons étanches. Et hop ! Seulement une poignée d’euros en plus pour ce tour du monde.

Le vélo, c’est surtout pour tout le monde !

Quand je parle des mes voyages à vélo on me demande toujours comment je fais financièrement. Certains disent me je dois être pleine aux as pour pouvoir voyager comme je le fais, d’autres pensent que le vélo n’est pas un choix mais une contrainte financière.

Face à ces remarques, j’ai réalisé qu’il fallait vraiment que je m’engage à toujours mettre en avant des réponses et solutions accessibles pour tous les portefeuilles. Je vais donc essayer de proposer dans chacun de mes articles concernant le choix de matériel un produit classique du milieu du cyclotourisme, un produit haut-de-gamme, un produit avec un bon rapport qualité-prix, et enfin une alternative la moins chère possible ou à créer soi-même.

Alors, le vélo est-il une affaire de richesses ? Non, vélo est surtout une question d’état d’esprit. En voyage, la bicyclette peut être la solution par excellence pour voyager sans un sous mais aussi de mener des vacances sportives agrémentées de confort en dehors des heures de roulage.

Quoi qu’il en soit un voyage à vélo est avant tout un moment de vie unique afin de découvrir des territoires et faire des rencontres inestimables.

1« Le retour de la bicyclette » Fréderic Héran

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *