Jardin sauvage et camping sous les étoiles (ou l’inverse)

Après le pont de Saint-Nazaire, nous entrons dans la ville de Saint-Brévin-les-Pins. La véloroute nous entraine rapidement auprès d’un jardin public original. On ne comprend pas tout. On visite ce jardin plein de vie mais sans un humain aux environs. Hésitants, nous prenons aussi deux ou trois feuilles de salades dans le potager, puis nous continuons notre route.

Si nous avions su, nous nous serions peut-être un peu renseigné avant le départ. Cependant, la surprise est aussi l’un des plus beaux atout du voyage.

premier voyage vélo, loire à vélo, cyclotourisme, la cyclonomade, eurovélo 6, les chateaux de la loire

Festival Estuaire

Si nous nous étions renseignés avant notre départ, nous aurions sûrement entendu parlé du festival Estuaire. Durant cet événement bisannuel, des artistes du monde entier viennent mettre en place des oeuvres d’art, éphémères ou non, tout au long de l’estuaire de la Loire.

C’est ainsi que nous avons croisé le chemin du jardin étoilé. Installation de l’artiste japonais Kinya Maruyama, cette oeuvre écologie fais partie du festival. Cette oeuvre d’art permanente, cet espace est un lieu pédagogique pour les écoliers qui l’entretiennent, pour les voyageurs de passage, et offre de la nourriture aux voyageurs grâce au potager public.
Tout y est : serre, toilettes sèches, panneaux éducatif pour sensibiliser à l’écologie, structures recyclables et recyclées, etc.
Il n’en fallait pas plus pour que je devienne partisane du festival et de la véloroute de la Loire à vélo.

Si vous souhaitez parcourir la Loire à vélo, essayez de vous organiser pour y aller durant le festival Estuaire. Toutes ces installations artistico-insolites sont incroyables à découvrir à vélo, et ajoutent un charme supplémentaire à l’aventure !

Toute une nuit avec mon inconnu

Après le jardin étoilé, nous continuons notre route tranquillement. Faute de connaitre mes limites physiques, nous avions prévus de nous arrêter au bord d’un moulin, quelques 30 kilomètres après la gare de Saint-Nazaire.  Mais paré à toute éventualité, nous étions prêts aussi à nous arrêter dès le moindre signe de fatigue de ma part.

Que nenni ! Nous n’avons jamais trouvé le moulin, et c’est la tombée prochaine de la nuit qui nous a indiqué qu’il fallait penser à monter la tente. Nous avons très rapidement trouvé un champ vide et un peu à l’écart de la piste cyclable. Je venais de parcourir plus de 60 kilomètres aussi facilement qu’un roman de 600 pages !

Malgré les bons moments passés avec mon inconnu, qui n’en était plus vraiment un, j’appréhendais cette première nuit. Par soucis de poids nous n’avions pris qu’une seule tente – la sienne – une Vaude Hogan XT. Je devais donc passer la nuit avec lui, dans la même tente, sans le connaitre. Moi qui voulais sortir de ma zone de confort, voilà que je me retrouvais dans une situation extrêmement inconfortable !
Avant de monter la tente, j’avais donc repéré un peu les environs, au cas où je doive m’enfuir dans la nuit. Mes sacoches étaient à peu près rangées, je n’aurai alors qu’à les prendre et filer dans le bois. Après vérification, il ne semblait y avoir aucun élément réfléchissants sur mes habits. Non mais parce que quand même, il y a des fous. Alors on ne sait jamais.

Je me suis couchée en panique complète, sourire aux lèvres pour ne rien laisser paraître. En quelques minutes à peine mon inconnu s’est mis à ronfler. Point de départ de mon sommeil.

premier voyage vélo, loire à vélo, cyclotourisme, la cyclonomade, eurovélo 6, les chateaux de la loire, camping sauvage, véloroute

La deuxième journée est toujours la pire

Rien à déclarer. Mon inconnu est décidément bien sympathique et a gentiment ronflé toute la nuit. Ce qui, de mon côté, m’a permis de dormir sur les deux oreilles.

Le réveil n’en a pas été plus facile pour autant. Mon corps tout entier refuse de bouger. Il a simplement mal d’être lui-même. Chaque muscle de mon corps semple être immobilisé par des courbatures. Si je bouge, j’ai mal. J’ai mal comme mon corps n’a jamais souffert.

Note personnelle : dorénavant il faudra bien que je pense à m’étirer après une journée de vélo.

Retourner sur la selle est décidément l’étape la plus difficile à mener. Mes fesses n’échappent pas à la règle et mon corps ne comprend pas que je veuille le soumettre de nouveau à la torture.
Cependant, quelques minutes de vélo ont suffit à réchauffer mon corps et mes muscles. La douleurs disparut rapidement, et je m’étirais maintenant à chaque occasion.

Depuis cette terrible journée je n’ai plus jamais eu autant de courbatures. J’ai alors pris l’habitude de dire que la deuxième journée était toujours la pire. J’ai l’impression qu’après le corps s’habitue à ce rituel du vélo.

Tout droit jusqu’à Nantes

Nous continuons ainsi notre route jusqu’à la ville de Nantes, notre première grande ville étape. Nos journées sont ponctuées par les bords de Loire à la fois sauvages et apprivoisés, les oeuvres-d’art du festival Estuaire, et les pauses touristiques afin de visiter un peu la région.

Le vélo ne semble pas avoir grande place dans mon discours me direz-vous. Il est vrai. Cependant le vélo n’était à ce moment qu’un outil pour voyager. Et c’est avec cet état d’esprit que mes souvenirs se sont forgés. Je ne pourrai vous parler de la performance du VTC premier prix de Décathlon, il n’a aucune spécificité. Je ne pourrai vous parler des courses endiablées, la performance à cette époque était seulement d’avancer.
D’ailleurs, c’est encore ma vision des choses aujourd’hui, avec un peu plus d’expérience !

Nous arrivons ainsi à Nantes, chez le frère de mon inconnu et passons une journée ou deux à visiter la ville avant de reprendre la route. C’est ainsi que j’ai appris qu’il y avait des bananes et des éléphants, des biscuits Lu et BN, un château et un conflit breton.

premier voyage vélo, loire à vélo, cyclotourisme, la cyclonomade, eurovélo 6, les chateaux de la loire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *