vélo d'hiver - cyclotourisme - cyclotourisme hiver - pays froid - conseil vélo d'hiver - la cyclonomade - plateforme cyclotourisme - voyage cyclotourisme

10 règles pour apprécier le vélo d’hiver

Le vélo d’hiver, c’est tout un concept. Pour l’apprécier il faut apprendre à lire dans les lignes du ciel, les traces de neige et les étiquettes de vêtements.Malgré tout, il est dommage de ranger son vélo au garage ou de rebrousser chemin parce que l’on ne sait pas comment s’habiller.  Car avec un peu de savoir, le vélo d’hiver peut vous entrainer dans un voyage extraordinaire. Alors à vous les grands nords avec ces 10 conseils pour apprendre à rouler par temps froid.

1.Ne pas transpirer

Le corps humain est capable de s’adapter à différents environnements. Alors quand on fait une activité trop intense, le corps transpire pour se réguler et éviter les coups de chaud. Malheureusement en hiver, la transpiration peut devenir notre pire ennemie. Une fois en période d’effort moins intense, l’humidité générée par notre corps va geler s’il fait trop froid, ou simplement nous refroidir par évaporation. Et puis, c’est pour cela que l’on a toujours trop froid aux pieds lorsqu’on ski.
Alors la règle numéro 1 est d’éviter au maximum de transpirer.
Pas facile lors de sessions de sport ? Il faut alors s’habiller avec justesse pour soutenir notre corps dans ses efforts d’adaptation.

2. S’habiller habilement

LA solution pour s’utiliser les vêtements adéquats qui vont aider votre corps à se régulier le plus efficacement possible, c’est le système multicouche – plus communément appelé la technique de l’oignon.

Cette technique consiste à s’habiller avec plusieurs couches de vêtement afin de pouvoir en ôter ou en ajouter selon vos besoins, d’éviter d’avoir trop chaud et de transpirer.
3. Maitriser les matières

Pour le vélo d’hiver, et tous les sports en hiver de manière générale, les matériaux ont aussi une importance primordiale.
Le coton est à éviter à tout prix en voyage, car c’est à la fois la matière qui incite le plus à la transpiration (rappelez-vous la règle n°1), et qui développe le plus de bactéries (ça c’est pour l’odeur…). Privilégiez d’avantage les tissus synthétiques et la laine de mérinos qui vont vous garder au chaud efficacement, et qui ont aussi l’avantage d’être légers et peu volumineux.

4. S’équiper jusqu’au bout des doigts

Enfin, pour s’habiller habilement, il faut protéger ses extrémités, et plus particulièrement les doigts et orteils. S’il existe des couvre-mains fixés sur le guidon, on privilégiera d’avantage une bonne paire de gants si le besoin est provisoire durant le voyage.
Là encore le système multicouche peut être appliqué. Il existe des sous-gants thermiques pour les mains que l’on peut doubler dans des gants imperméables plus ou moins rembourrés. Quand aux pieds, un multicoucle de chaussettes de mérinos pourraient vous convaincre.

vélo d'hiver, rouler en hiver, cyclotourisme hiver, voyager à vélo en hiver, cyclotourisme, blog cyclotourisme, cyclonomade.net, vélo couché
En l’occurrence, ces gants là ne conviennent que pour quelques kilomètres en vélo d’hiver – Crédit photo : Laura La Cyclonomade

5. Protéger sa tête

Pour le vélo d’hiver à Montréal, les cyclistes utilisent régulièrement des casques de ski pour protéger sa tête à la fois du froid et des potentiels accidents.
Cependant en voyage il est plus difficile de transporter plusieurs casques. Prévoyez alors seulement un bonnet d’appoint proche du corps – type bonnet de ski de fond. Ce sera votre meilleur compromis pour garder votre tête au chaud et ne pas occuper trop de place dans vos sacoches.

6. Avoir les bons pneus

Peu importe votre vélo, en hiver il faut surtout avoir des pneus qui vont adhérer au sol malgré tous les climats (neige, verglas, pluie, feuilles d’automne, etc.).

Ce principe fait l’unanimité des cyclistes, cependant tous ne sont pas d’accord sur les mêmes solutions : le Fat Bike permet de flotter sur la neige avec ses pneus larges tandis que des pneus fins permettent de fendre la neige.

Avant de partir, pensez bien aux terrains sur lesquels vous allez voyager et si vous aller rencontrer de la neige, du verglas, ou des chaussée glissantes à cause de la pluie. Ces différentes situations vont réellement influencer votre confort sur la route et le choix de vos pneus.

vélo d'hiver, rouler en hiver, cyclotourisme hiver, voyager à vélo en hiver, cyclotourisme, blog cyclotourisme, cyclonomade.net, fat bike, hiver
Le fat bike pour des expéditions en hiver – Crédit photo : Dustin Gaffke

7. Gardez assez d’espace pour que vos roues tournent

La neige, ça prend de la place. Pour ce qui ne le savent pas encore, vous l’apprendrez rapidement en allant dans un pays nordique, et le Canada fait partie des champions. Les larges rues de Montréal deviennent d’étroits passages en hiver.

Et ce principe s’applique aussi à votre vélo. Contrairement à la pluie, la neige s’accumule sur le cadres et ses composantes. L’espace entre les roues et le garde-boue doit alors être suffisamment large pour que la neige puisse partiellement s’accumuler sans freiner la roue pour autant.

D’expérience, une banale sortie de 5 km à Montréal s’est transformée en expédition tout aussi difficile que la Patagonie avec le vent de face… Et oui, je devais pousser mon vélo pour cause de mauvais garde-boue !

8.Les accessoires et gestes utiles – voir indispensables

En plus de tout ce que l’on a cité précédemment, voici une lises de choses à prévoir :

  • Les gardes-boue : si vous ne souhaitez pas finir en bonhomme de boue /neige / slutch /crasse – bref, tout ce que l’on ne veut pas avoir sur soi.
  • Les pneus à clou : Pour devenir le punk à vélo qui roule sur le verglas, les clous vont vous permettre une meilleure adhérence.
  • Réflecteurs / lumières : l’hiver les journées sont courtes, et plus encore en allant vers le Nord. Il est donc utile de voir et d’être vu. Les réflecteurs peuvent être utiles, mais les lumières sont un indispensable. D’où, la nécessité d’avoir un moyeu dynamo en voyage à vélo.
  • De l’huile type « wet » : la chaîne va avoir besoin d’être graissée plus régulièrement qu’en été. L’huile à chaîne type wet est plus épaisse et va mieux la protéger de la rouille.
  • Évitez le dégel : En cas de long voyage à vélo hivernal, ne rentrez pas votre vélo à l’intérieur si vous ne avez l’occasion. Le gel/dégel favorise la formation de rouille. Oui, la selle sera froide le matin, mais c’est pour le bien de votre vélo.

9. La neige et ses impacts sur le vélo

La neige est humide et va donc favoriser légèrement la rouille sur votre vélo, surtout s’il est en acier. Cependant le pire ennemi de votre vélo en hiver est le sel. Évitez le dégel qui permet à l’eau, la saleté et le sel de s’incruster dans le cadre et ses composantes. Idéalement, il faudrait nettoyer votre vélo à chaque dégel.

10.[BONUS] Sites à feuilleter

Vélo Québec Rouler 4 saison(Canada)

MEC Rouler en hiver(Canada)

Le Monde 10 conseils pour rouler l’hiver (France)

B’Twin La tenue idéale pour sortir en hiver (France)

Alors à vos vélos pour de nouveaux défis hivernaux : la Norvège, la Finlande, la Suède, le Canada, etc. Quel sera votre prochain défi ?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *