équiper ton vélo - vélo de voyage - matériel vélo de voyage - cyclotourisme - voyage à vélo - la cyclonomade - blog cyclotourisme

Comment équiper ton vélo de voyage ?

son Après avoir choisi son cadre, vient le moment fastidieux du choix des composantes et accessoires. Tu n’y connais rien ? Ne t’en fais pas, moi aussi j’ai trouvé cela un peu flou et compliqué au début. Je vais tenter de simplifier tout ça pour que tu puisses choisir en bonne connaissances de cause comment équiper ton vélo de voyage.

Les composantes de vélo

Le terme de “composantes” désignent L’ensemble des pièces d’entrainement d’un vélo qui ne font pas partie du cadre : les cassettes et plateaux, le dérailleurs, les freins, etc.
Pour tenter de simplifier tout ça les fabricants d’accessoires vélo ont mis en place des gammes afin que le consommateurs puissent s’y retrouver plus facilement.

Mais entre toi et moi, si tu souhaites arpenter de petits chemins de terre regarde pour la gamme Shimano Deore XT (très solide), et si tu souhaites faire avant tout de la route regarde pour du Shimano 105.

Système de vitesse

Il existe 2 principaux systèmes de vitesses sur le marché que l’on retrouve sur les vélos de voyage :

SYSTÈME À CASSETTEMOYEU À VITESSES INTERNES
AVANTAGES
– Format le plus courant
– Facilité de réparation autour du monde
– Meilleure géométrie et solidité de la roue arrière
– Le boitier étanche qui permet une meilleure durabilité
– Pas de dérailleur à ajuster régulièrement
– Meilleur ratio de vitesse que le système classique
INCONVÉNIENTS– Bris facile, notamment au niveau de la patte de dérailleur
– Demande beaucoup d’entretien
– Le prix élevé
– Le poids
– Peu d’entretien
– Pièces peu courantes : il faut voyager avec plus de stock

Le système d’entrainement

Une chaine de vélo est le système d’entrainement le plus classique. On la choisit simplement pour sa compatibilité avec le vélo – soit le nombre de vitesse sur la cassette.

Cependant sachez qu’il existe aussi un système de courroie d’entrainement. Plus rares, mais plus légères, plus solides et plus durables qu’une chaine classique (10 000 km d’endurance). Une courroie nécessite un vélo adapté avec un moyeu à vitesse interne et un cadre dont les haubans peuvent s’ouvrir – ce qui implique des pièces spéciales.
Elles représentent donc un certain avantage, mais faut bien peser le pour et le contre avant l’achat.

Les roues

Dès le choix du cadre il va falloir choisir avec quelles roues tu souhaites équiper ton vélo de voyage. Ou du moins la largeur et la taille.

Je reste une adepte du 26 pouces de diamètre pour 1,75 pouce de large avec des pneus Schwalbe Maraton +. Cependant les standards semblent commencer changer.

Retrouve cet article détaillé pour choisir des roues de vélo de voyage. Ainsi que celui-ci à propos du choix des pneus.

Le guidon

Il y a 3 types de cintres principaux utilisés par les cyclotouristes:

  • Cintre droit – Idéal pour les voyage en vélo de montagne ou bikepacking. Mais déconseillé pour d’autres types de voyages car il peut poser des problèmes de canal carpien et de tension au niveau des épaules et trapèzes.
  • Cintre de route – Apprécié par les amateurs de vitesse, sa position basse permet une meilleure position aérodynamique. Ses positions multiples permettent de diminuer les tensions citées plus haut.
  • Cintre papillon – Il propose encore plus de variations de positions des mains permettant alors de minimiser les tensions citées plus haut. Mais son atout est aussi la position haute qui permet de mieux positionner son dos et de relâcher toute pression au niveau des mains – idéal quand on a des problèmes de canal carpien.

Le porte-bagage

Sujet un peu vaste, qui demanderait peut-être un article spécifique car il existe de nombreux modèles. Cependant voici un résumé des critères à regarder pour choisir son porte bagage :

  • La robustesse
  • La compatibilité avec le vélo et les sacoches

Le plus important c’est que ton porte-bagage soit assez solide pour la totalité de ton voyage.

L’éclairage

Ne néglige pas l’éclairage. Il suffit d’un jour de pluie, d’un contretemps quelconque, ou d’un tunnel non éclairé – et voilà que la lumière devient indispensable.

  • Une lampe à pile : éclairage de dépannage à allumer selon les besoins. Existe en différents formats et différentes puissances.
  • L’éclairage rechargeable : similaire à l’éclairage qui fonctionne à pile. cependant je la déconseillerai peut-être pour un voyage à vélo car il faut bien penser à la recharger.
  • Un éclairage dynamo : Et enfin, ma méthode préférée la dynamo. Il existe maintenant des moyeux dynamo qui permettent de générer de l’électricité en pédalant. Résultat : on a toujours de la lumière avec soi, et si on ajoute un petit kit on peu même recharger ses items USB.

Voici les principales questions auxquelles tu vas être confronté au moment de l’achat de ton vélo de voyage. J’espère avoir pu t’éclairer un peu pour te simplifier ce moment parfois déroutant pour un novice du cycle. Et si tu as besoin de plus de précisions, n’hésite pas à laisser un commentaire.

bout du voyage - véloroute des monarques - québec à vélo - cyclotourisme québec - merci mon vélo - cyclotourisme - voyage à vélo - la cyclonomade
  • Lore

    Bonjour, je vois que vous avez une sacoche guidon ortleib, comment faites vous pour l'éclairage avant ? Mon éclairage avant basique est bloqué par la sacoche et n'éclaire plus rien, mauvaise expérience de nuit ! Merci d'avance !

    • Laura

      Bonjour, Ma lumière est située juste au dessus du garde-boue, sur la fourche. Du coup l'éclairage n'est pas gêné par la sacoche de guidon, seulement un peu le garde-boue.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *